Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

Copier-Coller

4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 09:54

 

    

         Michel RICCO Président de l'historial  Françoise RICCO Secrétaire et documentaliste
 
CONTACTS: historial.amandinois@gmail.com et Michel RICCO 03 27 48 02 28
Pour visiter l'HISTORIAL ,prenez contact pour connaître les dates,heures ,tarif individuel ou de groupe .
Vous constatez une erreur, vous avec un sujet se  rapportant a ST AMAND, adressez nous vos commentaires et votre sujet , nous nous chargeons des corrections et de la publication de votre sujet(joindre), si possible, images et écrits.
                            
                                         AMANDINOIS OU FLAMAND
                                    

Au petit matin du 18 mai 1302, les artisans de Bruges, en Flandre, se soulèvent contre la garnison française. Maison par maison, ils assassinent les soldats dans leur lit. On compte un millier de morts.

Cette journée a été appelée «Matines de Bruges» par analogie avec les «Vêpres siciliennes» qui chassèrent 20 ans plus tôt les Français de Sicile. Elle réduit à néant le rêve des rois capét«bataille des éperons d'or» et permet d'annexer les Flandres. Jalouses de leur indépendance, les cités flamandes finissent par se fédérer à leurs voisines brabançonnes, jusqu'à constituer la Belgique.

Un trop puissant voisin: Philippe LEBEL

Sous Philippe Auguste et Saint Louis, la France était devenue le plus puissant royaume d'Europe.

Mais à la fin du XIIIe siècle, la Flandre et l'Angleterre commencent à lui faire de l'ombre grâce à leur enrichissement rapide. L'Angleterre vend de la laine aux communes flamandes comme Bruges, Ypr3 juin 1305, une paix de compromis permet à Philippe le Bel d'annexer seulement Lille, Douai et Béthune. La France atteint alors la frontière qui sera encore sienne sept siècles plus tard en dépit de nombreuses ges ou Gand. Celles-ci fabriquent des draps qu'elles revendent à prix d'or dans toute l'Europe.

Le comte de Flandre veut s'allier au roi anglais. Mais le roi de France Philippe IV le Bel l'attire à Paris, l'emprisonne et installe en Flandre un gouverneur à sa dévotion.

Des voix dissidentes se font entendre à Bruges. Méfiant, le gouverneur français abroge les libertés communales et occupe en force la ville. C'est alors que surviennent les «Matines de Bruges».

Deux mois plus tard, les chevaliers français sont battus par Les mi lices communales près de Courtrai, guerre des éperons ainsi nommée en raison des éperons que les vainqueurs ramassèrent sur le champ de bataille.Ces éperons furent récupéré par les français et furent déposés dans une église de DIJON.

Les flamands alliés aux anglais s'emparent du Tournaisis et du Valenciennois. St Amand est alors sous l'emprise du Tournaisis devient Flamand de fait durant quelques années.

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&
 
    Cet article est susceptible d'être modifié soit parvos suggestions ou nos découvertes.
 
    
 
 
 
LUCIEN
 
 
 
 
 
 
 

 

 

11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 13:51

       

Michel et Françoise RICCO

Président et secrêtaire de L'HISTORIAL

Michel RICCO ,Président , Françoise RICCO ,secrêtaire et documentaliste.
CONTACTS: historial.amandinois@gmail.com et Michel RICCO 03 27 48 02 28
Pour visiter l'HISTORIAL ,prenez contact pour connaître les dates,heures ,tarif individuel ou de groupe ou pour adhérer a l'Association.
    Pour évitez les répétitions , une page de liens et ADRESSES a été créée.Si vous trouvez un oubli ou une erreur ,bien vouloir m’ informer :
 
                                    ​SOUVENIRS -INTERVILLE
 
 

    Ce jeu télévisé créé par TF1est fondé sur un affrontement amical entre deux villes à travers une série d'épreuves physiques sur terre, dans l'eau et dans les airs faites de jeux d'adresse sur tapis roulant et tournette donnant lieu à des dégringolades, sans oublier l'inévitable épreuve des vachettes landaises. Chaque jeu gagné rapporte 1 ou 2 points, une égalité dans un jeu rà 2 points apporte 1 point à chaque équipe. Les équipes peuvent aussi utiliser un joker pour doubler les points obtenus dans un seul jeu. Une épreuve mentale complète le jeu et permet à deux candidats des villes concurrentes de gagner des points supplémentaires en répondant à des questions de culture générale. Au nombre de points à partir de la version 1971, la saison se termine par une finale(dans les premières saison il y avait plusieurs tours).Dans la version 2004, chaque épreuve gagnée rapporte 4 points, en cas d’égalité, 2 points pour chacune des deux équipes et dans la version 1998 la victoire rapporte 2 points et le match nul 2 points à chacune des deux équipes. Il était animé par trois journalistes dynamiques.

                                       ​     

                                                                           

                    GUY LUX -SIMONE GARNIER-LEON ZITRONNE

SAINT AMAND LES EAUX s'y est illustré à plusieurs reprises.Le jeu favori de la vachette ne faisait pas peur à la jeunesse et ses sportifs.(clic sur le lien ci-dessous)

                    https://youtu.be/As2oZXZAwbo?t=26                                             
Les jeunes sportifs s'affrontent dans des joutes :
 

thumb          thumb

​                                                         le bras de fer, l'un des jeux les plus redoutés

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Vous avez participé a ces jeux, envoyez nous vos impressions, vos photos, nous nous chargeons de les publier .

 

                                                                     

                                                                        lucien

16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 09:36

 

 

                     

                                 Michel et Françoise RICCO

                Président et secrêtaire-documentaliste de l'HISTORIAL

 

    LES OUBLIES

 

Nos recherches et l'aide de nos lecteurs permettent de découvrir des artistes amandinois que nous avons oublié. Sur les scènes de cinéma ou dans des salles de spectable ils se produisaient. Appelés les "JULOTS",artistes duetto-comique. On les trouve dans les années 1950 à 1980.Le photographe mentionne la prise de vue à SAINT AMAND LES EAUX. Cette mention de la commune apparaît qu'en 1962. Qui peut nous donner des précisions sur leur nom de famille ???

 

 

CET Article est susceptible de modifications, selon les renseignements communiqués.

                                                          LUCIEN

 

27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 10:53

                         

 

                            

                                                             Françoise et Michel RICCO 

         

      &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

                             

                                        

       

 

            

         Docteur VALDA                                    LES PASTILLES VALDA

 

                                LA PASTILLE VALDA

 

      Je suis parmi tous les amandinois qui ignorait que la pastille VALDA a été créée par un amandinois :henri CANONNE. Né le 04 septembre 1867 à SAINT AMAND LES EAUX , il est d'abord vendeur de tulle.Puis il devient pharmacien à LILLE. Il va s'installer à PARIS vers 1899 il y décède vers 1961. Il réside 49 rue de Réaumur ,face aux magasins Félix Potin.

     Il vend une quantité de produits , des médicaments bien sur, mais aussi de l'eau minérale de 175 sources différentes et même ,un peu plus tard, des appareils photographiques. La pharmacie prospère et s'étend bientôt sur trois immeubles et se vente d'être la moins chère de PARIS. Son slogan : "Vendre bon , pour vendre beaucoup.Vendre beaucouppour vendre bon marché". 

      Il doit sa notoriété à l'invention d'un produit. Malgré les progrés de la médecine , la tuberculose fait encore des ravages à la belle époque.Cette maladie a emporté la première femme de Canonne ,à l'age de 22 ans. Pour lutter contre les maux de gorge , il invente la pastille Valda ,sa couleur est verte , elle contient cinq antiseptiques naturels : eucalyptus,menthe poivrée ,thym, pin des landes et bois de gaiac.

    Henri CANONNE n'hésite pas à proclamer que ses pastilles permettent ""la préservation des voies respiratoires et la guérison des maladies de poitrine". Pour vendre ses produits , il n'hésitepas à faire de la publicité à outrance ,en utilisant tous les supports possibles.

    Des campagnes publicitaires ont lieu dans le monde entier , ce qui assure sa fortune.Il utilise les artistes comme Michel MORGAN  et une affiche signée par Antoine de SAINT EXUPERY .Son argent lui permet d'acquérir des tableaux de maître:des Monet ,des Cézanne, des Renoirs,etc... L'une de ses affiches représente un personnage rondouillard : le "docteur Valda", avec chapeau et rond de forme.

    Les petites pastilles vertes rencontrent un succès considérable dans une quarantaine de pays ,il se vend aujourd'hui un million de boites par an. Baptisée LABORATOIRE CANONNE en 1986, est ensuite vendue a un groupe pharmaceutique dans les années 1990. Le dernier en date : le laboratoire GLAXOSMIGHKLINE qui souhaite s' en séparer.

   

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

      Cet article peut être modifié selon les renseignements recueillis.Vous avez un sujet sur ST AMAND, n'hésitez pas à nous contacter. Nous le   publierons à votre nom.    

                                                  LUCIEN

3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 10:15

                                              

                                           

                                                 Michel et Françoise RICCO

    Le musée de l' HISTORIAL AMANDINOIS vous convie a son exposition intitulée ""GRAINES DE POILUS" à partir du 9 mai 2015 jusqu' au 25 mai ,de 14 a 17 heures, 14 rue du Thumelard a STAMAND LES EAUX. pour tous renseignements (tarifset autres) contacter la direction historial.amandinois@gmail.com, ou 0327480228 tarif:3 euros-scolaire: 1 euro.                             

 

                                         &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

  Avez vous remarqué sur les trottoirs de la ville cette bellle coquille de ST JACQUES ;   vous en trouvez place Jean Jaurés et devant le bureau de tabac de la rue Henri  Durre.  Où sont les autres , probablement rue de Valenciennes , rue Thiers , devant l'Abbaye. La pointe avant indique que l'on se dirige vers l' Abbaye. Nous sommes sur le chemin de pélérinage de ST JACQUES DE COMPOSTELLE en ESPAGNE. Chaque année de nombreux pélerins l' empruntent. Auparavent , cespélerins trouvaient refuge auprés des monastères , couvents , les presbitères .Là , épuisés ,affamés,ils trouvaient gite et couvert avant de reprendre leur pélérinage.Ce dernier est très ancien.                                

                                            

                         la Cathédrale de SAINT-JACQUES DE COMPOSTELLE

 

                                                 

    

 

   Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle ou pèlerinage de Compostelle est un pèlerinage catholique dont le but est d'atteindre le tombeau attribué à l'apôtre saint Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice (Espagne). Créé et instauré après la découverte du supposé tombeau de saint Jacques au début du IXe siècle, le pèlerinage de Compostelle devient à partir du XIe siècle un grand pèlerinage de la Chrétienté médiévale. Mais c'est seulement après la prise de Grenade en 1492, sous le règne de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle la Catholique, que le pape Alexandre VI déclare officiellement Saint-Jacques-de-Compostelle lieu d'un des « trois grands pèlerinages de la Chrétienté », avec ceux de Jérusalem et de Rome. Récemment, l'interprétation du sanctuaire catholique subit une évolution doctrinale : le mot « tombeau » a disparu des discours des derniers papes depuis Jean-Paul II. Jean-Paul II parlant du « mémorial de saint Jacques », sans utiliser le mot « reliques » et Benoît XVI disant simplement que la cathédrale de Compostelle « est liée à la mémoire de saint Jacques ». Les chemins de Compostelle, qui correspondent à plusieurs itinéraires en Espagne et en France, ont été déclarés en 1987 « Premier itinéraire culturel » par le Conseil de l'Europe.Origines :

 

   La coquille Saint Jacques, un des symboles du pèlerinage. Le pèlerinage est né de la découverte, dite miraculeuse, d'un tombeau faite en Galice vers l'an 800. Ce tombeau a été retrouvé par l'ermite Pelagius qui aurait eu une révélation dans son sommeil. Il aurait été guidé par une étoile dans le ciel, d'où une des étymologies avancées pour Compostelle : Campus Stellae ou champ de l'étoile. À la suite de cette révélation mystérieuse et après concertation, l'Église locale déclara qu'il s'agissait du tombeau de l'apôtre Jacques, frère de Jean l'Évangéliste et premier apôtre martyr de la chrétienté. Les premiers écrits mentionnant la prédication de Jacques en Espagne remontent au VIIe siècle. Ils ont été repris au XIIe siècle et incorporés au Codex Calixtinus. L'apôtre Jacques aurait quitté le Proche-Orient au Ier siècle avec pour mission de prêcher la parole du Christ en Occident jusque dans la péninsule Ibérique. De retour en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa et sa dépouille, recueillie par ses compagnons, fut portée dans une embarcation. Guidé par un ange, l'esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de s'échouer sur les côtes de Galice. Théodomire, évêque d'Iria-Flavia (aujourd'hui Padrón), reconnut ce tombeau comme étant celui de Saint Jacques en 835 et le roi Alphonse II des Asturies y fit édifier une église. Il faudra toutefois attendre l'année 1884 pour que le pape Léon XIII confirme de son autorité, dans la lettre apostolique Deus Omnipotens, la reconnaissance des reliques de saint Jacques faite par l'archevêque de Compostelle.   

   En 1121, en pleine période de croisade (dont la première est lancée en 1095 par le Pape Urbain II à Clermont-Ferrand) et 3 ans après la fondation de l'ordre des Templiers en 1118 à Jérusalem par le pape Pascal II pour protéger le pèlerinage de Jérusalem, le pape Calixte II (dont le frère Raymond de Bourgogne est roi de León et de Galice par mariage avec Urraque Ire de Castille, fille du roi de Castille Alphonse VI de Castille) fait de Saint-Jacques-de-Compostelle un archevêché. Il suscite le rassemblement de textes épars dans un manuscrit connu sous le nom de Codex Calixtinus pour assurer la dévotion à l'Apôtre et assure la promotion de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au cours des Xe et XIe siècles, le culte de saint Jacques étroitement lié en Espagne à la Reconquista commence à se répandre grâce à la légende de Charlemagne qui mobilise la chevalerie européenne. Suivant les routes commerciales de leur époque, des pèlerins de Saint-Jacques, de tous rangs, mais surtout nobles, ecclésiastiques et marchands se rendaient en Galice. L'idée de l'existence de voies précises et de lieux de rassemblement (Paris, Vézelay, Le Puy-en-Velay et Arles) est une idée contemporaine basée sur l'édition en 1882 du dernier Livre du Codex Calixtinus qui n'en constitue pas une preuve historique. Les rois de Navarre et de Léon améliorèrent de leur côté les routes et construisirent des ponts afin de faciliter les échanges et le repeuplement du nord de l'Espagne après que les Sarrasins en eurent été chassés. S'ils bénéficièrent aux pèlerins, ces aménagements n'ont pas été faits pour eux. Le dernier livre incorporé au Codex Calixtinus est attribué à un moine poitevin, Aimery Picaud. Il y indique sommairement quatre routes en France, les chemins de Paris, de Vézelay, du Puy et d'Arles qui fusionnent pour trois d'entre eux à Ostabat dans les Pyrénées-Atlantiques, puis à Puente la Reina en Espagne, pour former le camino francés[1]. Il y détaille les étapes, mais donne aussi des renseignements sur les régions traversées et leurs populations. Ce Livre n'a pratiquement pas été connu en Europe avant son édition (en latin) en 1882. C'est Jeanne Vielliard qui lui a donné le titre de Guide du pèlerin dans sa traduction de 1938. Depuis il est considéré, à tort, comme l'ancêtre des guides des pèlerins contemporains.

                     VOUS POUVEZ SUIVRE CETTE LECTURE SUR WIKIPEDIA.fr

 

                                               &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

      Comme Jean Marie DESANDROUINS ,voyez comment il raconte son pélérinage:

http://www.radiocamino.net/itineraire/bruxelles-sur-les-traces-de-saint-jacques/comment-page-1

        Comme tous les articles ,celui-ci peut être modifié. N' oubliez pas de nous adresser vos histoires sur ST AMAND, nous nous chargeons de les diffuser. Lucien

 

                                                 

27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 15:54

                                         

                                                          
L"HISTORIAL AMANDINOIS
14 rue du Collège à 59230 SAINT-AMAND-LES-EAUX

 
 
Michel RICCO ,Président , Françoise RICCO ,secrêtaire et documentaliste.
CONTACTS: historial.amandinois@gmail.com et Michel RICCO 03 27 48 02 28
Pour visiter l'HISTORIAL ,prenez contact pour connaître les dates,heures ,tarif individuel ou de groupe ou pour adhérer a l'Association.
    Pour évitez les répétitions , une page de liens et ADRESSES a été créée.Si vous trouvez un oubli ou une erreur ,bien vouloir m’ informer :

Du 9 au 25 mai 2015-de 14 à 18 heures , Musée "Historial" 14 rue du Thumelart présente

EXPOSITION: "Graines de poilus";les enfants de la grande guerre par l'historial amandinois.

Amélie DESSE PRÉPARE sa nouvelle campagne de la caligraphie , à partir du mois de mai.Vous êtes intéressé(e) contacter la à la Médiathèque de ST AMAND LES EAUX.

   INFORMATION:  ici , nous allons diffuser partiellement le récit d'un douanier qui arrêté par les allemands au début de la guerre 14/18, raconte sa vie de Déporté. Pour des raisons techniques , nous ne pouvons mettre l'intégralité de son récit sur le blog.

    Ce récit comporte du texte et des illustrations. Si vous désirez le lire, je peux vous l'adresser au format PDF ou OPEN OFFICE; pour cela m'adresser votre demande à mon ADRESSE personnelle : ptitloup385@gmail.com                            

 

                                      &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

                                      LE MASQUE A GAZ A SAINT AMAND LES EAUX

                                                   

 

 

~~Un masque à gaz, ou masque anti-gaz , est une protection contre certaines armes chimiques, armes biologiques mais pas contre les agents radioactifs. Il se porte sur le visage et couvre les entrées des voies respiratoires (bouche, nez) et souvent les yeux ainsi que d'autres tissus sensibles du visage. Il est généralement constitué d'un masque et d'un filtre : il s'agit donc d'un appareil respiratoire filtrant (ARF), par opposition aux appareils respiratoires isolants (ARI). Ces derniers utilisent généralement une bouteille remplie d'un mélange gazeux (oxygène, azote, etc.) comme pour la plongée et peuvent travailler indépendamment de la qualité de l'air ambiant. Les substances toxiques présentes dans l'air peuvent être gazeuses (par exemple le dichlore), liquides ou solides sous forme d'aérosol (par exemple le gaz moutarde utilisé pendant la Première Guerre mondiale), mais également de type biologique avec des bactéries, des virus, des toxines ou des spores. La plupart des filtres sont capables de contrer les deux menaces. Certains filtres sont en mesure de retenir en plus les poussières radioactives. On dit alors qu'ils offrent une protection NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique).

   Ce masque est encore utilisé de nos jours par les forces armées ,la gendarmerie ,la Police et les Pompiers(sous une forme plus moderne).

                                                        &&&&&&&&&&&&&&&&&&&

     Installée entre ROBINE ET BOUCHART , à l'emplacement du magasin "DIA" ,une entreprise réceptionnait des masques à gaz (neufs-nous ignorons leur provenance). Là , ils étaient inspectés , faisaient l'objet de petites réparations et réexpédiés à l'entreprise mère.

     Cet atelier " LA PROTECTION CIVILE" ,atelier "Z" , était dirigé par MR.Jean PARLE. Il portait le nom de "PROTECTION CIVILE, pour le moment nous ignorons le nombre d'employé et sa date de disparition.

                                       &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

     Cet article est susceptible d'être modifié selon les renseignements qui seront recueillis. Vous avez un sujet sur ST AMAND , vous pouvez nus l'adresser , le publierons à votre nom.lUCIEN 

 

                                                     

 

19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 10:05

  

                                                                
L"HISTORIAL AMANDINOIS
14 rue du Collège à 59230 SAINT-AMAND-LES-EAUX

 
 
Michel RICCO ,Président , Françoise RICCO ,secrêtaire et documentaliste.
CONTACTS: historial.amandinois@gmail.com et Michel RICCO 03 27 48 02 28
Pour visiter l'HISTORIAL ,prenez contact pour connaître les dates,heures ,tarif individuel ou de groupe ou pour adhérer a l'Association.
    Pour évitez les répétitions , une page de liens et adresses a été créée.Si vous trouvez un oubli ou une erreur ,bien vouloir m’ informer :

Du 9 au 25 mai 2015-de 14 à 18 heures , Musée "Historial" 14 rue du Thumelart présente

EXPOSITION: "Graines de poilus";les enfants de la grande guerre par l'historial amandinois.

Amélie DESSE prépare sa nouvelle campagne de la caligraphie , à partir du mois de mai.Vous êtes intéressé(e) contacter la à la Médiathèque de ST AMAND LES EAUX.

   INFORMATION:  ici , nous allons diffuser partiellement le récit d'un douanier qui arrêté par les allemands au début de la guerre 14/18, raconte sa vie de Déporté. Pour des raisons techniques , nous ne pouvons mettre l'intégralité de son récit sur le blog.

    Ce récit comporte du texte et des illustrations. Si vous désirez le lire, je peux vous l'adresser au format PDF ou OPEN OFFICE; pour cela m'adresser votre demande à mon adresse personnelle : ptitloup385@gmail.com                            

 

                                 JOURNAL D'UN DOUANIER DEPORTE

 

                                                       

AVANT PROPOS: Hasard de la vie ,rencontre pré-destinée , voici qu'un douanier en retraite(G .C) arpente un vide grenier (brocante). Il découvre sur un étal deux petits carnets annotés par un douanier (Léon) ayant appartenu a un bataillon de douaniers au cours de la guerre 1914-1918 . Avec un crayon de bois et parfois avec une plume a encre, Léon raconte sa vie de douanier capturé au cours de la grande guerre (1914-1918) et sa déportation en Allemagne. La DOUANE est une force civile au service de l'Administration des finances du Gouvernement français. Nombre d'entre nous ignore qu'elle fut militarisée.Ceci a eu lieu au cours des guerres de 1870 , 1914-1918 et 1939-1945. Elle bénéficie alors des mêmes prérogatives attribuées a la Gendarmerie. Le personnel a été constitué en bataillons de combat dés que l'ordre gouvernemental est parvenu a la Direction Générale des Douanes. Au début de l'invasion de l'Armée Allemande ,en 1914 , les bataillons des douanes tentent de s'y opposer avec l'ensemble des Forces Armées. Léon S.....L nous fait partager ses souffrances , ses joies ,ses espérances et son amour envers son épouse Blanche et sa fille Mathilde. Il n'oublie pas le reste de sa famille et les personnes qui lui ont adressé des colis alimentaires au cours sa captivité. Avec G …..C (auteur de la découverte des carnets) nous avons recherché vainement des descendants de Léon. Notre désir est grand de remettre ces carnets a ses descendants .Si quelqu'un se reconnaît comme tel a travers notre récit , il peut nous contacter.

Notre douanier Léon S......L est né a B........T (Nord) où son père était préposé des douanes .Ceci l'a , peut être influencé pour qu'il exerce la même profession. Dés le début de la guerre Léon est versé dans un bataillon de douaniers qui participe aux combats dans la région de BAVAY-MAUBEUGE (Nord). capturé par les Allemands qui envahissaient le territoire national . Il a été déporté en Allemagne .Ses souffrances sont rapportées avec simplicité. Lucien BAUDUIN Gérard COCHIN INTRODUCTION En 1914-1918 , une terrible guerre mondiale voit le jour entre L'ALLEMAGNE et le reste de l'Europe . La FRANCE doit engager toutes ses forces vives dans la bataille. C'est ainsi que les Forces Armées ( Gendarmerie , Aviation,Marine) reçoivent l'Ordre de Mobilisation Générale . Force civile qui renforce l'administration des finances , la DOUANE a été transformée en force militaire lors des guerres de 1870 , 1914-1918 et 1939-1945 . Les douaniers ont obtenu , provisoirement , les mêmes prérogatives que la Gendarmerie possède . Les douaniers ont montré une vaillance aux combats égale a celle des autres forces armées engagées. Dés les premiers jours de lutte contre les forces Allemandes , des douaniers furent capturés et envoyés en déportation dans des camps implantés en Allemagne. Notre Léon est l'un d'eux . Grâce a ses carnets , nous pouvons avoir une petite idée de la vie que lui et ses co - détenus ont vécu. Sur Internet ,vous pouvez retrouvez l'histoire de ces bataillons de Douaniers. De même ,que les librairies , médiathèques ou bibliothèques possèdent des ouvrages sur le sujet . A défaut ,vous pouvez retrouvez l'histoire des Douaniers dans les musées qu'ils leur sont concentrés .(BORDEAUX-MAUBEUGE,ETC.....) Ci-dessous , une adresse pour retrouver l'histoire des douaniers ,mais il en existe de très nombreux. http://www.gabelou.com/Historique%20des%20bataillons%20de%20douaniers.pdf Voici un lien pour connaître les camps de déportation en ALLEMAGNE http://memoire de guerre,pagesperso-orange,fr/lieu-dpt (installer le lien au complet) Le récit qui va suivre est un mélange de fiction et de réalité. lucien MES REMERCIEMENTS Avant de commencer le récit de ma déportation , je tiens a remercier toutes les personnes qui m'ont soutenu durant ce temps. Que ce soit une lettre , un colis alimentaire ou une visite ,elles m'ont apporté le moral nécessaire a ma survie. Je citerai : -Mon épouse Blanche et ma fille Fernande. Ma famille et notamment ma sœur Mathilde.Je leur suis reconnaissant ,car malgré les épreuves de l'occupation ennemie , ma famille a pu me faire parvenir lettres et colis. Merci a toutes les personnes ,inconnues,qui m'ont adressé colis et lettres d'encouragement .Je citerai : - Madame WALLERSTEIN 63 Avenue des Champs Elysées..... -Monsieur BOURGUIGNAUX Arthur a Montigny / sur/ Hirson (Aisne) -HOTREUX Cunin Capitaine des Douanes a CARDET (Basses Pyrénées) -CARDETS Basse Pyrénées ,Direction de Bayonne -CUMIN Jean Baptiste a BOUGAINVILLE - -Mlle Marthe PICOT rue de ST OUEN a PARIS 14 Et à tous ceux qui sont restés anonymes et qui ont aidé les déportés . Léon S........

                                               &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

     Cet articlepeut être modifié. Vous possèdez des renseinements sur l'histoire de ST AMAND LES EAUX, adresser moi vos articles. Je me charge de les publier en les illustrant.

     Mes prochains articles : masque a gaz à ST AMAND LES EAUX- et sur le chemin de ST Jacques de COMPOSTELLE.

 

.                                                     

1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 10:31

 

     Le Président Michel RICCO , Françoise RICCO et les membres de l' HISTORIAL AMANDINOIS vous présentent leurs meilleurs voeux pour l'année 2015.

Pour toutes demandes d'information , contactez MR ou MME RICCO;voir adresse sur les précédents articles.

RELAIS DE POSTES OU DE DILIGENCES

                                 Inspiré  :  Par MME CHANTRAINE Yvette ,historienne

 

                                         

 

                                                        Une diligence et les postillons(web)

   NOTA: le postillon a la charge de conduire l' attelage jusqu'à bon port.Il doit remettre , à son destinataire, le courrier; il se doit de préserver la sécurité des voyageurs. Il soigne et nourrit les chevaux. On peut trouver deux ou trois postillons par attelage.  

         De tous temps , les hommes ont voyagé :à pied , à cheval, en voiture,bateau ou avion,ballon,  voir de nos jours en fusée ou satellite. Les courriers ou marchandises suivaient .

    Longtemps, la diligence ont circulé sur des routes très dangereuses , non seulement par leur tenue, mauvais entretien ou dangérosité par les attaques de "bandits de grand chemin".

     Les voyages étaient longs et fatiguants.Des relais s'imposaient pour remplacer les chevaux fatigués, le ou les postillons , ainsi que les voyageurs devaient se reposer dans des auberges, hôtels qui étaient intitulé relais de poste .Le maître postillon était placé sur le cheval de gauche au plus prés de la voiture , il guidait au mieux l' attelage et veillait à sa sécurité en évitant les accidents.

     Bien loins de nos méthodes actuelles , les relais de poste ont été créés pour permettre l'acheminement des courriers dés le XV°siècle.

     A cette époque , les routes sont peu sures et accidentées et les trajets sont longs.Les missions se font à vive allure ,si bien que les chevaux ont beseoin de se reposer et de s'alimenter régulièrement .Implantés à distance régulière sur les routes stratégiques du royaume, les relais de poste permettaient de changer rapidement de monture et ainsi de réduirele temps du trajet. Ces chevaux soignés , hébergés, nourris ,étaient mis à disposition par un maître de poste ayant obtenu un brevet et une autorisation spéciale pour exercer son activité.   (ci-dessus: brevet de maître de relais de poste)Ce brevet   a de nombreux avantages dont l' exemption de la taille, un des impôts les plus importants de l'ancien régime, et du logement obligatoire des soldats en temps de guerre

     Au relais , il y avait échange des chevaux , hébergement des voyageurs.Autour de ce relais une activité s'est peu à peu instaurée.Le travail des chevaux permet l' installation d'un maréchal ferrant et le transport des personnes amène l'ouverture d'auberges . D'un lieu,au départ isolé en bord de route ou à la campagne , l'implantation d'un relais de poste devient progressivement un lieu de vie économique.

     SAINT AMAND a eu ses relais de poste: Hôtel des Thermes , les pompes funèbres et peut être l'hôtel de Paris (sur la place).

                                                       

                       &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

     Comme MME CHANTRAINE , Gérard DASSONVILLE , envoyez nous vos articles concernant l' histoire de notre ville. Nous nous chargeons de les éditer sur le blog.

 

                                                   

 

 

 

 

 

  

 

 

 

2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 10:42

                 

  Michel RICCO Président de l ' HISTORIAL et Françoise RICCO secrêtaire

INFORMATIONS : pour tout connaître sur le fonctionnement du mmusée de l' HISTORIAL (emplacement , fonctionnements ,activités , tarifs , voir les articles précèdents.

NOS FELICITATIONS A NOTRE PRESIDENT QUI VIENT D'ETRE PROMU CHEVALIER DE LA TOUR , le 7/10/2014.

LA MANUFACTURE DE LACETS-TRESSES ET   FILS GLACES TRULLEMANS ET CIE

                                           Par Gérard DASSONVILLE

        Riche d' un passé industriel , notre ville a possédé une industrie de lacets , de tresses et fils glaces , Gérard DASSONVILLE nous fait connaître cette surprenante production.

      

      Photo prise MME GRATTEPANCHE et remise à Gérard DASSONVILLE.

 

                                 

 

                                          

                                                         

COMINES (B & F)

                                                                                                   Machine  à  fabriquer des lacets

L 'histoire de la rubannerie à Saint Amand les Eaux (Nord) est celle d'une activité industrielle anecdotique , tandis qu' àCOMINES (BELGIQUE) par opposition à COMINES -WARNETON (France), où elle prit son essor en 1719 ,elle continue de nos jours à propérer.

     C'est à cette date que Philippe HOVYN , un manufacturier originaire d' YPRES(B), héritier de la tradition drapière installée des deux côtés de la Lys depuis le 19ème, cra la première manufacture de rubans de lin à COMINES(Belgique). Rappelons qu'avant le traité d' ULTRECT en 1713, lequel mit fin à ma guerre desuccession d' Espagne, les deux COMINES(belge et française) séparées par la Lys , ne formaient qu'une seule entité.

     C'est en 1920 que Jean TRULLEMANS , âgé d'à peine vingt ans ,arrivant de COMINES ,vint installer un atelier de rubannerie sur les deux niveaux d' un bâtiment qu'il fit construire au 2 rue de la Longue-Saulx à ST Amand ,sur les parcelles 2351 ,2352, 2353 et 2354, section B3 ,un bâtiment dont une grande partie est encore  

visible, qui témoigne de TRULLEMANS dans l' avenir de son entreprise.

     Il semble que le jeune TRULLEMANS  vint dans la région de ST Amand au lendemain de la 1ère guerre mondiale pour acheter du lin à l' époque où la demande était importante dans les usines de COMINES nouvellement reconstruites aprés leur totale destruction par les troupes allemandes au cours des bataillesdd' Yser et de la Lys

     Cette rubannerie n' utilisa pratiquement que du coton et très peu de lin. On y fabriqua surtout des lacets. Le coton écru arrivait par balle et il allait le teindre. L'apprêt du coton était fait au rez de chausée par une main d'oeuvre surtout masculine, alors qu' à l'étage ,sur les métiers , ne travaillaient que de jeunes femmes et adolescentes. C 'était l'eau du Manquet ,rivière qui passe en souterrain de nos jours , qui servait à cet usage et c'est le même Manquet qui évacuait les eaux de la teinturie. Simon TRULLEMANS traillait sur les métiers et l'on voyait parfois aussi leur père dans l'usine. Il nous a été rapporté que la manufacture fabriqua aussi des chapeaux de paille .

   En 1830 cet atelier cessa toute activité et J.TRULLEMANS s'en retourna avec sa famille d'où il était venu pour reprendre une activité industrielledans l'industrie textile traditionnelle. La main d'oeuvre féminime eut vite fait de se faire employer dans les nombreux ateliers de bonneterie de ST AMAND et de l' usine DEVAUX. Hormisà son tout début où les ouvrières étaient nombreuses , on en compte une petite centaine en 1925/1926. La rubannerie n' occupa guère plus de 10 à 20 ouvriers .

   De mêmeque le bâtiment industriel et l' habitation existe encore;elle est la propriété de la ville de ST AMAND. Ces immeubles avaient été achetés par le fondateur de l'entreprise de travaux publiques JACQUES BONNET. Le bâtiment industriel rénové est occupé actuellement par l' Entreprise de Travaux Publics de la Scarpe(TPS).

    La création d' une rubannerie à ST AMAND peut s'expliquer par la  production importante de lin cultivé dans la vallée de la scarpe entre Marchiennes et ST  mand. Cette culture a quasiment disparu de nos jours , alors qu'elle contribua non seulement à l'approvisionnement d' usines textiles au XIXè entre Armentière et Courtrai , mais aussi à celui des moulins à huile dont témoigne le moulin blanc à ST Amand. Le rouissage du lin fut pratiqué dans les eaux de la traitoire et du décour , comme il le fut dans celles de la Lys. Ces eaux étant d'une qualité particulièrement appréciée parce qu'elles ruissellent sur des formations géologiques argileuses ; tandis que dans les vallées au sous sol crayeux , elles sont beaucoup trop riches en bicabonate de calcium et ne conviennent pas.

    RUBANS-LACETS-TRESSE ET CORDAGE:

      La rubannerie est l' activité textile qui consiste à fabriquer des rubans sans trame , en fil ou en fibres de soie ,de lin, de coton, de laine,de viscose ou encore de matière synthétique ,parallélisés à l' aide d'une sorte de métier à navette (épeule) ou à aiguilles ou encore encollés. L'industrie du cordage ,bien qu'apparente n'utilise pasles mêmes procédés ; ill suffit de rappeler comment était fabriquée la corde de la moissonneuse dans les fermes il y a cinquante ans encore pour savoir  que le cordage utilisait des moyens plus simples et plus rustiques . La fabrication des lacets connut son apogée à l' époque des corsets à baleines que portaient les dames au XIX et au début du XX° siècle ,et faillit disparaître avec l' apparition du soutien gorge entre les deux guerres.

    

                      Corset à baleines                                         soutien gorge

                                                       Gérard DASSONVILLE

 

 

                Cet article aura une suite dans les prochaines semaines. A tous les abonnés ou nouveaux lecteurs , je souhaite une bonne et heureuse année 2015.

                                   lucien

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                           

19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 09:59

                                 

                                           Michel RICCO Françoise RICCO

     L"HISTORIAL AMANDINOIS 14 rue du Collège à 59230 SAINT-AMAND-LES-EAUX Michel RICCO ,Président , Françoise RICCO ,secrêtaire et documentaliste. CONTACTS: historial.amandinois@gmail.com et Michel RICCO 03 27 48 02 28 Pour visiter l'HISTORIAL ,prenez contact pour connaître les dates,heures ,tarif individuel ou de groupe ou pour adhérer a l'Association.

    Le Musée de l'HISTORIAL est ouvert chaque mardi et jeudi de 14 à 17h, le samedi de 15h à 18h , le troisième dimanche de chaque mois. TARIFS: individuel : adulte 5 euros,étudiant,curiste,demandeur d'emploi 3 euros enfant 7 à 12 ans 2 euros, 2 à 16 ans 3 euros, groupe scolaire 1 euro, groupe à partir de 10 personnes 3 euros par personne Les cartes bleues et les chèques vacances ne sont pas acceptés. Pour évitez les répétitions , une page de liens et adresses a été créée.Si vous trouvez un oubli ou une erreur ,bien vouloir m’ informer : http://historial.amandinois.over-blog.com/article-35-les-liens-98164767.html 

   DERNIÉRES INFOS: en 2014 , la Médiathèque présentera une exposition dont le but est de rendre hommage aux POILUS de la guerre 14/18. A cet effet , Amélie DESSE recherche des documents , des objets , des témoignages , etc..Vous pouvez contacter Amélie à la Médiathèque si vous êtes intéressés . Nous vous rappelons qu'en cliquant sur pages suivantes ,vous pouvez lire l'article que vous recherchez.

  1914 ""LES FEMMES DANS LA GRANDE GUERRE"": Avec la participation de l' association "LA COMPAGNIE DES VIEUX OBJETS" ,exposition à l' HISTORIAL AMANDINOIS 14 rue du Thumelart à ST AMAND LES EAUX ,du 12 au 19 avril 2014.Ouverturesamedi 12et le dimanche 13 de 15 à 18 h, du lundi 14 au vendredi 18 de 14 à 17 h et le samedi 19 de 15 à 18 h/ Tarifs :Renseignements :au 03 27 48 02 28 ou historial.amandinois@gmail.com  

MES EXCUSES: à tous ceux qui ont laissé un commentaire laissé sans réponse; l'administration de Over-Blog ne m' ayant pas informé. Je souhaiterai que Patrick CLEMENT me contacte directement: ptitloup385@gmail.com Merci.

                               &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

                               LA JUSTICE A ST AMAND LES EAUX

 

                              

                                  LE PALAIS DE JUSTICE A PARIS

     Ne manquez pas de vous y rendre si l' occasion de vous rendre à PARIS se présente. a l 'intérieur vous découvrirez La Sainte-Chapelle, dite aussi Sainte-Chapelle du Palais. C' est une chapelle édifiée sur l'île de la Cité, à Paris, à la demande de Saint Louis , anciens vestiges du palais de la Cité qui s'étendait sur le site couvrant l'actuel Palais de Justice.

                                                

                                             Le symbole de la Justice

    Depuis la nuit des temps , la justice s'est exercé .La "Justice" a pour but de réparer et de dommager un préjudice subi par une ou plusieurs victimes . Selon les périodes et les dirigeants de la Société , cette justice est exercée librement ou imposée injustement.

    On distingue LA JUSTICE PRIMITIVE :dans les temps anciens , le coupable est tout simplement tué ,sans discution de justication . Au mieux , il est banni de la Tribu. Selon la religion , le coupable d' une infraction peut être  atteint dans sa chair .Là où s' exerce la "charia" (Pays mulsuman en général) le voleur peut subir l' amputation d'une main .

     La "JUSTICE" du ROI ou de l' EMPEREUR: en général une Justice implacable. L'auteur d'une infraction subit une justice dictatoriale , bien souvent punit de la peine capitale . S' en suit le bannissement , envoyé aux galères ,emprisonné à vie (comdanné à la Citadelle), les biens sont confisqués au profit du souverain. Le coupable n' est pas défendu par un avocat. 

     Pour le Roi ST LOUIS, la justice se rendait sous un chène ,il était reconnu comme un homme juste. Un autre roi qui s'est rendu célèbre par un jugement entre deux femmes qui désiraient la garde d'un enfant :

Le jugement de Salomon :

il se rendit populaire en début de règne par ses jugements pleins de sagesse. 

L' avocat a pour role de défendre l' accusé devant la justice.Pendant une longue période , l' accusé ne bénéficiait pas de cette assistance .

                   Le bon vouloir de l' ABBE s' est exercé très longtemps à ST AMAND;il n'était pas bon de défier son autorité. C' est ainsi qu' un certain BOURDRELLE a payé de sa vie pour avoir défié L 'ABBE ; il fut écartelé sur la place de ST AMAND.

EXTRAIT DE L' UNION AMANDINOISE DE 1900:

Nous avons déclaré et déclarons que le dit Célestin BOURDREL deument atteint et convaincu d'avoir sommé le ditsieur Prieur de l' Abbaye de ST AMAND le six du présent mois d'octobre pour la somme de soixante et quinze louis faisant dix huit cent livres et autrement plus détaillées en sa lettre de sommat ou par luy mise en mains de Jacques RAVEZ domestique du dit Prieur le même jour , pour réparation de quoy.                        

Avons condamné et condamnons le dit Célestin BOUDREL a avoir les bras et jambes, cuisses et reins rompus vifs sur un échafaud qui , pour cet effet, sera dressé sur la place publique de ST AMAND et mis ensuite sur une roue la face tournée vers le ciel pur y finir ses jours , ce fait son corps sera porté par l' éxécuteur de justice au lieu patibulaire et ordinaire poury rester sur la dite roue et en surplus condamnons le dit BOURDREL à l' amende de trois cent livres de France au profit de qui il appartiendra et aux dépents du présent ,

Fait à ST AMAND en assemblée extraordinaire ce dix huit octobre mil sept cent soixante six,

D' aprés la grosse de jugement commun indiquée par un collectionneur,

 

O.S                                                                                      

 

              Pendant trés longtemps , la Justice était rendu selon la gravité de la faute à juger.Saint Amand a vu la présence d'un Juge de Paix chargé de régler les petits litiges.Son bureau se trouvait rue Thiers , le Tribunal de simple Police se trouvait à l' Echevinage.Pour les délits les plus graves , il fallait se rendre au Tribunal d 'instance ou de Grande Instance à VALENCIENNES .Pour des crimes , la COUR D' ASSISES se réunissait à DOUAI .                                                                                 

   

                                &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

     Cet article est susceptible d'être modifié. Pour un commentaire, pour publier une photo ou une suite ,signaler une erreur , contactez moi : ptitloup385@gmail.com Vous appréciez ce blog, communiquer son adresse à vos amis et connaissances: http:historial.amandinois.over-blog.com ou sur : htpp://www.francegenweb.org/blog,2006/08/05/159-1-historial-amandinois (clic sur à consommer sans modération) 

 

CET ARTICLE EST PROVISOIRE , DES IMAGES SERONT AJOUTEES ULTERIEUREMENT

                                            

                                                    Lucien

   

 

Articles Récents

Liens