Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Copier-Coller

30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 22:39

 

 

 

 

 

   Voici notre troisième article intitulé : L'INDUSTRIE DU TEXTILE A SAINT-AMAND-LES-EAUX.

 .....Nous avons vu que l'homme a su cultiver et exploiter certains végêtaux.  Nous pouvons supposer ,sans mal ,que les vêtements étaient grossiers  à leurs origines, rugueux . Mais qu'ils se sont affinés au fur et à mesure  que l'homme découvrait des nouvelles méthodes de transformation de ces vêgétaux; et qu'il utilisait des nouvellesmachines . 

 

   Vous possédez un ordinateur ,vous trouverez sur Internet de nombreux sites traitantles vêgétaux entrant dans la composition des vêtements , dans la décoration et l'aménagement intérieur des habitations. Vous ne possédez pas d'ordinateur ,allezdonc à la Médiathèque de SAINT AMAND LES EAUX; vous y trouverez de nombreux ouvrages qui satisferont votre curiosité et votre soif de savoir. 

  Aprés les vêgétaux ,interessons nous à la laine ,et au poil des animaux.Ainsi qu'à la soie naturelle ou artificielle.   Avant d'être transformé (e)s,la laine et les  poils sont lavé(e)s .Cette opération a pour but de retirer la graisse  et les impuretés pouvant y être incorporées. 

 

 

                                          (lavage de la laine)   

   La laine,une fois séchée, se présente comme une grosse pelote inutisable.Entre alorsde nouvelles opérations.Tout d'abord ,le CARDAGE. Cette opération consiste à séparer les fibres ,les rendres plus allégées. Au début  ce cardage d'effectuait uniquement à l'aide des doigts ,Puis ,au fur et à mesure de son avancée ,l'homme a utilisé des outils.

 

                                                                    

 

    

 

 

                                 

 

 

 1)Cette dame utilise une cardeuse manuelle composée de deux planches cloutées. Entre les deux ,est placée la laine  qui est étirée de part et d'autre. 

 

2)Appareil à carder.Le même principe est appliquée.Deux planches cloutées,dont l'une est mobile et à balancier.La seconde fixe. Cette machine a été longuement utilisée par les matelassiers qui se déplaçaient de maison en maison. Ils fabriquaientt sur place des matelas de laine ou entretenaient les matelas dont la laine formée des bourrelets grossiers. 

 

 Photo:Abert AVANDERBECKEN

     Ici ,des cardeuses industrielles qui pouvaient traiter une grosse quantité de laine ,coton ,fibres diverses. 

   photo: Albert AVANDERBECKEN

  la dernière opération consiste à filer la laine  ou le coton.Ceci consiste à constituer des fils qui pourront alors être utilisés pour fabriquer un tissu. (photo Albert  )

fileuse des ETS DEVAUX 

en 1942.

(photo publiée avec l'accord de sa propriétaire. MMEDHOTE) 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Du travail manuel ,au fil des ans,l'homme est passé  au stade industrielle. 

 

 

 

       L es populations augmentent . les besoins se font pressant . Les idées abondent et les machinesvont remplacer la main de l'homme. Nous passons trés rapidement à l'ère Industrielle. Celle ci se concentre sur LILLE-ROUBAIX-TOURCOING.Sur la Région de FOURMIES et nombreuses sont les villes du Nord qui possèdent une industrie Textile;. SAINT AMAND LES EAUX  notamment.

     La plus grande Filature a été les Etablissements DEVAUX situés rue de Valenciennes.Les renseignements ci-dessous ,ainsi que les photos nous ont été aimablement communiqués par ""Caro"" arrière arrière,petite fille de Jean Baptiste DEVAUX, demeurant à BORMES LES MIMOSAS (83).

 

La filature DEVAUX fût créée par Jean Baptiste DEVAUX EN 1850 sous l'appellation Maison DEVAUX-MILCAMPS ( nom de son épouse que vous avez trouvée sur la tombe). Elle fut transmise à Hector, seul fils de la famille. . A l'âge adulte, ses trois fils :Paul, Jean et Jacques, reprirent Le flambeau (toujours sous l'oeil vigilant d'Hector, qui sur son lit de mort NE connaissait plus Le nom de ses enfants, mais connaissait par coeur Le nombre de paires de chaussettes produites chaque année!) André, ne faisait que des apparitions, car de "santé chancelante" depuis son enfance, IL vécut de ses rentes jusqu'à.......90 ans!!!
 
Jean-Baptiste DEVAUX(créateur) ,son fils Hector entouré de sa famille.En haut ,Mr. Jean que les anciennes ouvrières et ouvriers des ""DEVAUX"" ont bien connu.

    

De ce bel ensemble ,une partie a été remplacée par des HLM(Résidence DEVAUX),une autre a été détruite  et remplacée par des friches ,il ne reste que ce triste batiment:

                          

 

 

Pour ses besoins en eau ,l'établissement DEVAUX a utilisé la source SAINT BLAISE

Celle-ci débouche à l'arrière de ce bâtiment dont on ne connait pas encore sa destination future.

 

 

Cette source ST BLAISE alimentait en eau une fontaine . Cette dernière était accolée sur la façade des ETS.DEVAUX  située rue de Valenciennes .Elle a alimenté en eau de nombreux foyers dépourvus d'eau courante.                                            

 

 

 DG.JPG
ETS DEVAUX ,rue de  Valenciennes  ci-desssus:une machine à trioter DG(à voir à l'HISTORIAL
(photo Lucien)               

MONDIALE-ET-SEMEUSE.JPG 
machine à tricoter  Mondiale & Semeuse ,à voir à l'HISTORIAL
(photo,lucien)

 

 

              undefined   
 Démolition des ETS DEVAUX    ,une page d'histoire qui se tourne. En son emplacement ,des logements sont construits(la Cité DEVAUX).
                                                                                              

        
(
Pose des barrières de sécurité.Photo LA VOIX DU NORD   ,édition du 27 novembre 1981 )

                                                  &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

La bonnetterie BONNET était située route de Lille ,dans le quartier du Moulin Blanc.A sa disparition les bâtiments furent occupés par des entreprises de Travaux Public.

 

sur le mur figure encore ,en gros caractères ,l'inscription MANUFACTURE

 

 

 

 

Comme on peut le constater ,cette Manufacture est remplacée par une ENTREPRISE GENERALE.

 

 

 

 

 Pendant une longue période ,la Bonnetterie passa aux mains de la famille DESMETTRE.

 

 

    La bonneterie MACQUET était située rue Nationale (rue du Maréchal JUIN actuellement)à ST AMAND les EAUX .De cette entreprise il reste l'habitation  et les bureaux  qui ont été attribués au ""TRESOR PUBLIC "" (oui c'est possible)  La voie d'accés a remplacé les bâtiments industriels. Cette voie mène au nouveau monument aux mort appelé "MUR DE LA MEMOIRE"",à l'Espace associé(accolé au Théatre),à la médiathèque,et au nouveau jardin public situé derrière la tour.

    

 















       

Ce nouveau monument a été inauguré ce six mai deux mil six(06/05/2006) en présence des autorités civiles et militaires,les associations caritatives du monde combattant et quelques centainesd'amandinois et autres habitants des environs.

 

 

 

La rue du Maréchal Juin ,autrefois appelée rue Royale ,rue Impériale ,rue Nationale :


 

 

 

De nos jours ,il n'existe pratiquement plus d'industries textiles dans le Nord .Celles, encore existantes, se battent contre la mondialisation galopante. Pour cela ,elles doivent inventer des nouveaux procédés de tissage ,en exploitant les nouveaux matériaux,mais jusqu'à quand ??

 

 

Voyons ce qui se passe dans notre région:(notes de Albert AVANDERBECKEN)


     

Tourcoing s’affirme comme capitale française du textile. Elle étend son rayonnement dans De 1900 à 1914 au terme d’un fantastique développement au cours du XIX° siècle, Roubaix-le monde entier. Tributaires des anglais pour l’essentiel de leurs approvisionnements, les négociants en laine cherchent à s’en affranchir en créant des comptoirs dans les pays producteurs de l’hémisphère sud. Les grandes familles textiles apparaissent : Prouvost, Tiberghien, Motte, Lepoutre, Mathon, Toulemonde, Porisse, Bonte, Craye, Mulliez etc..  

En 1914, 914 000 salariés travaillent dans l’industrie textile française dont 100 000 à Roubaix/Tourcoing.  

Les conditions de travail sont dures, la législation quasi inexistante et la protection sociale limitée à quelques initiatives d’entreprises. Les horaires de travail sont de 60 heures par semaines. Les syndicats sont autorisés depuis la loi de 1884 et des mouvements sociaux apparaissent (Front populaire en 1936).C’est en 1917 que Louis Tiberghien , Eugène Mathon et quelques chefs d’entreprises ont crée l’association Familia ayant le projet de payer un sursalaire pour les salariés ayant quatre enfants et plus. Elle sera étendue ensuite à tous les salariés puis à tout le pays en 1932.  

Les entreprises textiles ont beaucoup souffert du premier conflit mondial. Dès 1920, 80% du potentiel de production est remis en état. En 1930 l’industrie connaît une nouvelle crise, puis une légère reprise en 1938 rapidement interrompue par le second conflit mondial. .  

Au lendemain de la guerre l’Europe constate son retard par rapport aux Etats-Unis. La productivité y est supérieure. Ce retard résulte de facteurs techniques et à l’organisation de la production. Les syndicats y défendent âprement les intérêts des salariés, mais collaborent avec les directions pour améliorer la productivité. Les patrons du Nord de la France s’en inspirent. Débutent  alors les trente glorieuses avec l’apparition de nouvelles matières- polyamide, polyester, acrylique-  et de nouvelles technologies – les métiers à tisser Sulzer, le non-tissé, les turbines open-end, le matériel de craquage, le procédé de teinture Sublistatic, les métiers Repco etc.  

Aux mutations technologiques s’ajoutent celles du marché : évolution des habitudes vestimentaires, développement de la grande distribution, création du marché commun, émergence des pays asiatiques. Pour faire face à ses nouvelles difficultés de nouvelles stratégies sont utilisées. Concentration sur un seul produit avec forte valeur ajoutée. Choix du haut de gamme et enfin  la distribution. Certaines entreprises considèrent que leur mission n’est pas seulement d’élaborer, de produire mais aussi de distribuer. Des marques et des enseignes apparaissent  dont  la plupart existent encore : Phildar, Camaïeu, La Redoute, Auchan. Des concentrations d’entreprise semblent aussi une solution. Les groupe Mulliez,  Prouvost, Willot, Dollfus-Mieg. L’industrie textile connaîtra ensuite un long déclin accéléré par la crise pétrolière. Dans un environnement économique déprimé, la pression des pays à bas salaires s’accroît. Les entreprises se battent pour résister. Mais la production diminue, le chômage augmente, des usines ferment. La mondialisation se précipite.


     Comme de nombreuses villes ,Saint Amand Les Eaux a donc perdu son industrie textile .Les ouvriers anciens partirent à la retraite ,d'autres ont réussi à se reconvertir dans un autre emploi. Mais combien ont été chômeurset n'ont pas réussi à retrouver un travail ???

                                                


                                                       &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


En marge du textile industriel, il existait ce que l'on appellera ""l'industrie du textile ménager". En effet ,en l'absence de machines, les épouses(même des hommes)tricotaient leurs vêtements. Puis, les foyers se sont équipés de machine à coudre  ou à tricoter. Une corporation ""de couturières"" à domicile vit le jour.Les commerces de ventes de tissus ou de produits se rattachant à la laine et au fil furent florissants. Les besoins en vêtements , aprés la guerre 39/45 étaient importants.Tout cela permettait à la grande industrie de travailler en plein rendement. Petit à petit, les commerces ,les couturières ,les grandes industries ont disparu. Les causes en sont multiples.


 

  Comme dit la chanson ""tire,tire,l'aiguille ,ma fille,demain tu te maries"

 Tout naturellement ,aprés l'usage de la flore ,nous parlerons de la Faune.

   Prochaines pages: LE TRAVAIL DE LA PEAU  ,LE CUIR, LES TANNERIES

 

      Vous avez un commentaire,un avis,une suggestion sur cet article ,contacter nous.          

     Vous avez vécu un fait particulier ,une anecdote à raconter,une page est ouverte à  votre             intention.  Vous avez apprécié ce blog, communiquez son adresse à vos amis et connaissances.  

      NOTA:nos pages sont susceptibles de modifications ,selon l'avancée de nos recherches.

                               ptitloup6@hotmail.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens