Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Copier-Coller

31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 11:25

 

 

 

                                                                       L'ACIER

 

 SOURCES POUR CET ARTICLE: Internet, WIKIPEDIA,Journal l'ECLAIR du 11 janvier 1948(n°2), photos de l'HISTORIAL .Nos remerciements vont également à MR.ALLOT Daniel, pour ses cartes postales anciennes et sa documentation sur les forges et laminoirs sises (autrefois)au Moulin des Loups .  

ORIGINE ET HISTOIRE 

 

 Au commencement était le fer... La fabrication du fer sur le continent européen date de 1700 avant Jésus-Christ. Elle est restée la même depuis cette époque jusqu'à la fin du Moyen Âge et consistait à chauffer simultanément du bois et du minerai jusqu'à obtention d'une pâte métallique qui devait être ensuite martelée à chaud afin d'obtenir du fer à l'état brut par l'élimination des impuretés qui pouvaient encore s'y trouver. Les quantités produites étaient faibles et le travail pénible.    

 Puis vint la fonte... Vers 1400 après Jésus-Christ est née la première génération de hauts fourneaux qui permit le développement du procédé de fabrication de la fonte. La fonte est un alliage dont la teneur en carbone est supérieure à 2,11% et dans lequel peuvent apparaître, avec la cémentite, des particules de graphite de formes diverses ; notamment en forme de lamelles, ce qui explique en particulier la fragilité des fontes. Ces particules peuvent être globularisées et la fonte dite à graphite sphéroïdale est alors ductile.  

 ... Et enfin l'acier ..A la fin du XVIII ème siècle, ce sont les scientifiques français Berthollet, Monge et Vandermonde qui sont à l'origine de la définition exacte de l'interaction existant entre le fer, la fonte et l'acier et qui mettent à jour le rôle tenu par le carbone au sein de cette relation. Ce n'est qu'un siècle plus tard, avec l'invention des fours de Bessemer, Thomas et Martin que l'acier pourra être produit en grande quantité. Grâce à son caractère polyvalent, ce métal est devenu l'élément clé de la révolution industrielle.    

Le premier mode de fabrication de l'acier fut celui de la cémentation, un processus qui visait à chauffer des barres de fer à l'aide de charbon de bois dans un four fermé de sorte que la surface du fer acquiert une importante teneur en carbone. La méthode dite au creuset initialement développée afin de retirer les scories de l'acier issues de la cémentation, permet de fondre ensemble le fer et d'autres substances dans un récipient (le creuset) composé d'argile réfractaire et de graphite. C'est par cette méthode que sont fabriqués les couteaux de Damas et de Toledo par exemple. (voir le site : http://www.couteaux.du.monde

Parmi les procédés plus récents, on trouve celui de Bessemer, à foyer ouvert à base d'oxygène plus généralement utilisé dans la sidérurgie actuelle, le four à arc électrique une innovation qui offre la possibilité de produire à grande échelle de l'acier de haute qualité.   

 

L'acier ainsi produit prend ensuite forme dans des laminoirs. Site Internet ; info-com : origine du fer                        

 

    Les plus anciennes fondeurs ,de ST AMAND, que Mr.FASSIAUX (directeur du journal l'ECLAIR) a retrouvé ,sont:

     EN 1828: MONCHIN rue d'Orchies ,fondeur en cuivre,cette affaire semble avoir été reprise par DEHAUT-THIRION 49 rue d'Orchies.

   EN 1829: Xavier LE KIEFFE et Pierre REMY installent une fonderie de fer et de cuivre au Moulin des Loups.En 1839 ,ils ont 3 ouvriers.Outre leur fonderie ,ils possèdent une fabrique de limes.Leur affaire fut mise en vente le 05 mai 1843.

   EN 1880 :nous trouvons la fonderie GRAVE & LENGLET ,à la "Croix du Petit Dieu" .L'usine est reprise par LENGLET,seul, puis son fils lui succède.Cette fonderie se transforme en chaînerie (actuellement la "chaînerie CARLIER et Cie).

   EN 1883 : Louis PERIN ,chef de fabrication à la fabrique de fer de MAUBEUGE ,crée une fonderie dans l'ancienne usine des fers à cheval le long de la scarpe.En 1896 , il emploie 19 ouvriers.La fonderie continua sous la direction de son fils Louis PERIN ,jusqu'en 1914.La guerre fit disparaître cette entreprise.

    Plus récemment MR.TASNON crée une fonderie à la "Croisette"",elle est appelée ""Sté A.des Fonderies de St AMAND"" .( nous sommes preneur de toutes informartions sur cette fonderie,notamment sur sa date de disparition ,et son importance dans le monde industriel de ST AMAND). 

   NOTA: avant de parler des laminoirs ,voyons les idustries diverses traitant le fer,le zinc ou tout autre minerai.    

   LE FER A CHEVAL: cette industrie est trés spéciale, une seule usine l'a représentée à ST AMAND. Elle se trouvait  le long de la scarpe, au lieu dit ""l'ALLUMETTE""( si quelqu'un peut ""allumer"" ma lanterne ,ce lieu dit m'est inconnu : lucien) .Cette entreprise était la propriété de MAGNAN-VAILLANT. En 1868, MAGNAN dépose un brevet pour son invention permettant de de faire mécaniquement les fers à cheval et l'année suivante ,il prend un autre brevet pour une lampe de sûreté destinée aux mineurs.

 

 LA GALVANISATION Indépendamment , à côté de ces fonderies et laminoirs ,nous trouvons des ateliers de galvanisation.Il faut attendre 1815,pour voir le premier atelier ,de ce genre,à ST AMAND. Sur ce premier atelier ,nous avons peu d'informations. En 1891,les frères PAINTIAUX crééent un atelier de galvanisation  rue Mériaux,avec une fabrique d'articles ménagers. En 1883,on signale les frères DUBOIS avec une affaire du même genre ,rue de la scarpe.

   LACQUEMANT-GEROINE ,installé rue du bruille ,fabriquait des tuyaux pour l'aération des mines.Son gendre DEBUINE transporte l'affaire ruelle des Hurlus(??)... Il y a également l'entreprise FLEURY ,rue du Marillon ,FILLEMOTTE-VERGIN ,en 1900,près du chemin de halage. Par contre ,vers 1920,HOTTEN et COPIN fondèrent sous l'appellation ""STE AMANDINOISE DE CONSTRUCTION ET DE GALVANISATION" ,une nouvelle affaire à la Croix du Petit Dieu.Cette entreprise se transforma en "GALVANISATION AMANDINOISE", le dernier Directeur en fut Bertrand MANOUVRIER ,fils du cardiologue Paul MANOUVRIER qui fut Maire de St AMAND LES EAUX. Cette entreprise se trouvait près de la chaînerie CARLIER. On y fabriquait des ustensiles ménagers galvanisés,tels que seaux ,brocs,bassines (des bacquets,comme l'on dit chez nous)et même des machines à laver le linge .Ces dernières portaient le label ""La Préférèe", les parois et le tambour étaient en tôle galvanisée , puis par la suite ils furent émaillés .La Société était également propriétaire d'un atelier situé,en face ,dans la même rue.Là ,on y fabriquait des sommiers métalliques.Ces deux entreprises disparurent vers 1950/1955 .

     Michel JORION,ancien amandinois ,nous signale un petit atelier de galvanisation située rue des anciencs faïenciers FAUQUET à ST AMAND-LES-EAUX. Elle appartenait à la famille BODET .Cette "galvanisation" disparait vers 1950/1955.Les bâtiments ont été détruits pour faire place à une voie d'accés au magasin "Champion"actuel.La famille BODET demeurait ,rue Barbusse,dans une superbe propriété:

 ( photo:lucien)

 

 

   LES TAILLANDERIES:cette dénomination était donnée aux industries fabriquant des objets en fer à bord taillant: faucilles, faux, parties tranchantes des moulins à écorces, des tordoirs ,des fouloirs ,des moulins de meuniers.Une statistique de 1815 signale trois établissements de ce genre. En 1839, on trouve :Ve CHOQUET, COUDOUX Pierre Joseph. 

 

   LA ZINGUERIE: C'est un certain Jules DUBOIS qui introduit cette industrie à ST AMAND. Il incita le sieur BLOCH de  Bruxelles ,à acheter en 1891  la fabrique de noir animal de la sucrerie de la rue du Marillon.En 1896,86 ouvriers sont employés pour traier les déchets de zinc ,pour éliminer les impuretés et refaire du nouveau métal.Les étrangers ,arrivant à ST AMAND ,voyaient des hautes flammes se dégageant des hauts fours ,ils croyaient alors à des incendies.Les directeurs successifs furent :

DUBOIS,WUILLOT,MERLIN père avec un chimiste M.GODCHAUX,qui fut remplacé par M.TIRIARD. La concurrence amena la fin de cette industrie ,en 1939,à la mort de son dernier directeur Jean MERLIN. 

LES FORGES & LAMINOIRS DE SAINT-AMAND-LES-EAUX  Cette industrie appellé "fonderie",au XVe siècle,consiste actuellement à chauffer dans un four ,jusqu'à la fusion ,de la mitraille assemblées en "masses", de façon à obtenir des lingots qui ,passés aux laminoirs donnent des fers d'un profil déterminé. Notre ville a connu deux laminoirs importants . Le laminoir de la famille DOREMIEUX (nous en reparlerons lorsque traiterons les chaîneries)et celui de MR.SIROT Jules  .

                                                                                 

 

                   Photos: Collection Historiale: 1)La chaînerie DOREMIEUX ,à l'emplacement du chateau MALPAIX ,a l'extérieur les chaîneurs,A droite derrière la haute cheminée ,le bâtiment contenant le laminoir.                                                                                                                                                                                                                                                                                                .  

           

    Jules SIROT-WAGRET fonde, vers 1870 ,un laminoir ,sur un terrain de 6 ha     dans lequartier du Moulin des Loups .Il place son affaire en société anonyme ,sous la dénomination  ""FORGES ET ACIERIES de SAINT AMAND"".L'affaire est prospère.De 11 ouvriers en 1873,elle passe rapidement à 155 en 1875, 221 en 1877  , 

291 en 1896. L'usine fut trés endommagée durant la guerre 14/18 .A sa reconstruction ,du matériel moderne a été installée ,ce qui permit de réduire la main d'oeuvre pénible du four à "puddler"  (Le puddlage est un procédé inventé par Henri Cort (1784). Ce procédé consistait à décarburer la fonte dans un four à réverbère afin d'obtenir du fer. Cette technique maintenait séparées la fonte et la source de chaleur. Aucune impuretés ne venait cotoyer la fonte en fusion) (voir Internet: ""la route du fer)  .Jules SIROT était un "maître des Forges", propriétaire de nombreuses usines dans la région Valenciennoise ,notamment de la Boulonnerie de THIANT. Il possédait une superbe propriété (existante encore de nos jours)sise à proximité de l'usine. 

 

                   (collection:MR.LALLOT)

      Cette résidence est encore appelée ,familièrement,le "Château SIROT)

COMPLEMENTS GENEALOGIQUES (par David QUENEHERVE,généalogiste:

Jules Florent Alexis SIROT est né le 17 février 1843 à Valenciennes,
fils de Joseph SIROT et Julie Henriette WAGRET.Il est mort à Aire le 12 février 1918.Il avait épousé Célina Mélanie FENEULLE Plusieurs enfants dont Ferdinand Pierre Camille SIROT décédé en 1880.Une fille marié à HILST, industriel."Maître de forges, président du conseil d'administration des forges et laminoirs de Saint-Amand, ancien député, et ancien conseiller général du Nord, ancien maire de Saint-Amand"

 

 

   Aprés la 2ème guerre mondiale ,l'activité fut abondante ,mais l'activité baissa au fil du temps ,faute de s'être modernisée l'entreprise dut fermer les portes.En 1966, les Forges et Laminoirs furent repris par la Société Métallurgique de L'Escaut(""METAL ESCAUT"") et en 1967 , les Forges et Laminoirs fermèrent      définivement.De nombreux ouvriers rejoignirent leur nouvelle entreprise .Les bâtiments ,sauf le laminoir à bandes, fut occupé par des petites entreprises ,dont une seule est encore présente ( pour peu de temps ,la ville a acquis l'ensemble des terrains et bâtiments,la direction de l'entreprise envisage un déménagement  ). D'autres bâtiments  furent détruits .                             

(les forges et laminoirs avant sa destruction à la guerre 14/18,carte postale de la collection

de MR.LALLOT)

 FORGES-ET-LAMINOIRS.jpg

la rue Henrie Durre:Avant le 1ère guerre

ci-contre:les Forges détruites en 1918(source:méiathèque)

  

Mai 2006

                         

                                                                                         

 

 

 

 

 

 

Collection Françoise VILLE; l'homme en châpeau est ,peut être ,MR.SIROT Jules directeur des Forges et Laminoirs.

     

 

 

                                       Le train à bande réversible et le train rail ébaucheur(ci-dessous)

       ce qui reste du laminoir en 2006,une friche.                                                                  

                     

  1)1 four à l'usine VALLOUREC de ST SAULVE,2)coulée d'acier en fusion ,dans la même usine.(Photos:Michel JORION ,ancien lamineur à VALLOUREC , ST SAULVE)

 VIE OUVRIERE :  il est dit que les ouvriers aimaient le travail bien fait; les produits fabriqués dans cette entreprise étaient renommés . Avant sa destruction en 1914, l'entreprise avait 400 ouvriers, dont un nombre important à l'entretien. C'était l'époque où une péniche appartenant à l'un des plus importants actionnaires (Georges MOREAU) faisait sans cesse la navette ST AMAND-AUBERVILLERS où l'usine avait un important dépôt. Les Forges et Laminoirs fournissaient alors les boulonneries Ardennaises , les chaîneries ,les usines métallurgiques et même des vignerons importants en Algerie(SOURCE :MR.LALLOT Daniel).Le travail des ouvriers était pénible  ,avec la chaleur et des plafonds des bâtiments extrêment bas. L'été le travail était ,parfois arrêté.(la canicule de 2003 et 2006 a été l'objet de précèdents)la déshydratation était importante. A la sortie de leur poste ,les ouvriers se précipitaient dans l'undes huit cafés se trouvant à proximité immédiate.Chaque ouvrier avait le sien et sa bière ,l'un la Bouchart, l'autre la "Corbeau"( bière fabriquée à Lecelles),et l'autre encore "La Motte Cordonnier"",etc..

  

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

    Rappel:  une suggestion ,un commentaire ,vous avez constaté des erreurs ,vous voulez ajouter une photo sur sujet ,contacter moi :     ptitloup6@hotmail.fr

   Vous désirez assister L'HISTORIAL AMANDINOIS ,devenir membre de l'association ,contacter la :42 rue Barbusse 59230 SAINT-AMAND-LES-EAUX (les mercredi matin),

Vous appréciez ce blog ,communiquer son adresse à vos amis et connaissances.  

 Vous aimez la généalogie ,vous voulez commencer votre généalogie ,vous êtes un ancien amandinois et possèdez vos ancêtres dans notre commune ,adhérez au groupe suivant:

  http://fr.groups.yahoo.com/group/saint-amand-les-eaux

 

 

                                                                                    ptitloup6@hotmail.fr

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens